Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

ouhaou, je ne sais pas par ou commencer pour vous faire partager ce week-end sensationnel...!? :crazy:
Il y a eu l'avant course, très rythmée, et presque un peu stressante, la course, longue, majestueuse, pleine de surprises et de sensations diverses, et l'après course, détente, récup, tourisme et vive la vie! :yawn:

Vendredi 10H départ de Nemours direction Annecy avec Loïc et ma supportrice de choc préférée: ma maman; :)
Nous logeons à Montagny les lanches dans un petit bled très sympa à 9km d'ANNECY, en chambre d'hôte avec mum, et ce sera le bon vieux mode camping pour loic; Nous arrivons vers 16H, et à peine accueillis par nos hôtes nous filons au Paquier récupérer les dossards.
l'ambiance est déjà installée autour du lac, écran géant, et stand divers, le staff au taquet, musique, coureurs épars, font déjà monter une petite dose d'adrénaline ;
derniers préparatifs, loic achète la symbolique loupiote obligatoire pour tous les coureurs, et hop, vamos à la maison déposer tout ça, changement de tenues pour Loic et moi, on chausse les basket, et en route pour un petit décrassage de 30'.
il est presque 19H, douche rapide et direction le plat de pâtes.
21H extinction des feux, la nuit va être courte, et le repos salutaire.

Samedi 2H du matin, debout, un morceau de gâteau sport, une bonne douche pour réveiller le corps et l'esprit, remplissage du camel, dernières verifs du sac, frontale, et hop départ vers Annecy. 3H15 arrivée au Paquier, c'est la fin du briefing, j'ai tout loupé (oups j'espère qu'il n'y avait rien de capital...?), je cherche désespérément un endroit pour évacuer le stress du départ pas facile nous sommes en pleine ville dans le parc ou il n'y a pas un seul bosquet, ni arbre qui sommeille!....
Bref, ça y est c'est l'heure, tout le monde sur la grille, j'enlève le coupe vent, car on aura 2/3km d'échauffement sur du bitume avant de rejoindre le début de l'ascension du Semnoz. Et il fera vite très chaud.

Départ à la cool pour tous le monde, une montée très courte et très sèche nous amène vers l'Auberge de jeunesse puis nous sommes sur le chemin de randonnée et nous attaquons la 1ère difficulté de la journée la montée du Semnoz:
Nous grimpons régulièrement en file indienne car le sentier est très étroit en majorité, accidenté de racines et de pierres qui requièrent vigilance de nuit, des petites portions de relances sympathiques que l'on aime à vélo, puis de temps à autre de grosses relances sur des pistes grimpantes mais plus roulantes.
1er ravitaillement en redescendant légèrement du sommet, au crêt de chatillon, nous avons avalé 1300M+ en 20km. Pas très faim ce matin, j'attrape des fruits secs un bout de gâteau énergétique et repars tranquille en mangeant dans le début de la descente.
Je croise ici dans le début de la descente Frédérique Rossignol (1ère Féminine), pour la 1ère fois. J'avale la descente avec un rare bonheur, le début n'est pas très technique on peut envoyer gros, puis la pente s'intensifie et les cuisses commencent à brûler sévère. Nous passons la commune de lechaux, 1er pointage des 80, et 1er relais des 4*20 au km21;

Nous continuons montées/descentes dans les sous bois, les bâtons s’avèrent bien utiles dans ces portions ou les marches nous rappellent qu’il vaut mieux être souple, et nous passons les communes de La chapelle St Maurice et la commune d’Entrevernes ou une longue section de route nous amène vers le 3ème « ravitaill eau ».
La section qui suit Entrevernes pour rejoindre le DOUSSARD est pour moi très difficile, il est 9H30 du matin, Loic est parti du Doussard depuis 30’, cela fait déjà 6H de course et je suis déçu de me dire que je ne pourrais même pas faire un petit bout de route avec Loic, qui au même moment doit avoir les jambes fraîches, et m’aurait redonner un bon coup de booster.
Tant pis, j’ai été trop lente, il va falloir finir seule….

Arrive enfin le DOUSSARD, au km 40, après 6H30 de course, nous avons 2500M+ au compteur. Dur dur, j’ai très mal aux jambes, un gros coup de moins bien.
Photo 028
Heureusement Mum est là pour me remonter le moral, me donner un bon coup de St Yorre sport, et prend soin de moi. J’en profite pour enlever les Booster qui me compressent les jambes depuis bien trop longtemps, quelques étirements rapides, ½ banane, 2 pruneaux, un petit bout de leur gâteau énergétique, et je reprend la route après 5’ de pauses réparatrices.

La pause a été bienfaitrice car j’enchaîne l’ascension suivante avec une pêche d’enfer et imprime un rythme de folie qui me permet de remonter plusieurs mecs en perdition tout au long de la montée. C’est d’ailleurs ici que je rencontre Luc, sur le côté à l’arrêt qui souffre d’une crampe aux mollets depuis quelques kilomètres et d’un gros coup de moins bien également. Il se met dans mes roues, et profites de mon gain d’énergie pour se rebooster. Nous discutons un peu, et nous suivons jusqu’au col de la Forclaz.
Photo 041
Mum m’attends déjà, elle se dit surprise de me voir déjà arrivée. J’ai a priori rattrapé un peu de temps depuis DOUSSARD. Tant mieux. Un p’tit coup de St Yorre, et hop ça repars, tranquille car la montée est encore longue.
Photo 037
Nous passons les parapentistes, puis bifurquons sur la droite par une pente très raide.
Dans cette deuxième section de la montée, Luc a retrouvé un deuxième souffle à son tour, et me met une mine de folie ! J’ai pour ma part lâché les chevaux dans la 1ère partie, est gère d’avantage la seconde sans grosse souffrance malgré tout.
Nous ferons que de nous croiser, nous dépasser, nous rattraper et nous suivre, sans forcément le vouloir jusqu’à l’arrivée.
Finalement nous nous servons l’un de l’autre comme lièvre. Et c’est très bien. Car les 40 kilomètres restant sont très techniques, et puis il y a la longueur de la course qui commence à se faire sentir.

Poursuite sur le GR en direction du Roc de Lancrenaz ou nous allons faire certainement ce qui sera la montée la plus difficile du parcours (celle dont parle Loic), ou chacun progresse très doucement, mais ou l’effort en vaut vraiment la peine car la récompense est à l’arrivée en haut, ou nous profiterons d’un panorama absolument somptueux !
Photo 046
Récup de courte durée car nous attaquons de suite une descente de folie :
Luc est un très bon descendeur, et je le perds parfois dés que le grip est mauvais comme dans la descente du pierrier ou il vaut mieux avoir de très bon quadri et assurer ses appuis… ! Il y a du devers, des passages avec très peu de place pour poser les pieds, et une pente très glissante.

Au col des frêtes j’ai mon deuxième gros coup de mois bien, je désespère de voir le ravito de Bluffy arriver !
Nous passons devant l’accrobranche ou je vois des gars de l’orga, et leur demande si nous arrivons bientôt à Bluffy, et là coup de grace, il me dit « oh là vous y êtes dans 45’ environ »…
J’ai les larmes aux bords des yeux tellement il vient de me plomber le moral. Je m’accroche tout de même à rien, je sers les dents, et un rien me suffit à être moteur pour avancer. Je croise 2 coureurs, la relance est bonne mais le mental n’y est plus vraiment.
Dédalle de pistes forestières, quelques descentes rapides et c’est enfin l’arrivée au Bluffy.
Bluffy, 65km, 3ème poste de contrôle et de ravitaillement, ça fait 10H44 de course, nous avons déjà plus de 4100M de D+ ; J’ai les jambes en feu.
Je cherche mum pour me donner du baume au cœur pour finir. Mais on s’est loupé. Elle m’a attendu un bon moment et s’est dit que finalement je devais être passée.
Ce n’était pas le cas. Dommage, c’est vraiment dur dur pour le moral.
Je retrouve Luc ; Je remplis pour la 5ème fois mon camel, attrappe une banane 2 morceaux de pruneaux, et repars en marchant. Pointage au re départ, je m’aperçois seulement que le temps était neutralisé ! Re re dommage, car du coup ma pause fût très courte – de 5’.

J’ai besoin d’un peu de réconfort et j’appelle mon Francky pour booster ma fin de course.
Quelques mots d’encouragement, et un second souffle réapparaît, je rattrape Luc, on échange quelque mots. Il fait toute la 1ère partie du chemin devant et je le suis de prêt, poursuivit d’un jurassien qui se cale dans ma roue, je lui dit de passer, mais le rythme semble lui convenir.
C’est un single serpentant très agréable avec quelques coups de culs qui ressemblent à notre vallée de chevreuse ; S’en suit la dernière ascension jusqu’au crêtes : petit briefing de Luc, qui avait repéré le parcours et qui est originaire d’Annecy, il me dit qu’il reste une dernière bosse qu’on devrait grimper en 50’ à ce rythme là, que derrière replat, puis encore 20’ d’ascension avant d’arriver aux crêtes.
Je vais mieux, j’ai retrouvé mes jambes, et le fait de savoir précisément ce qu’il reste m’a mis un gros coup de booster. J’avale littéralement la dernière côte et rattrape 2 gars et 2 filles du 40.

Les crêtes sont trop technique pour envoyer, il faut encore être bien lucide pour regarder ou poser les pieds et ne pas se faire avoir comme Loic par le balisage…( ;-))
Luc me rattrape. Il me dit « je vais tout faire pour arriver en moins de 14H », dans ma tête je m’étais persuadée qu’avec l’allure de progression que j’avais c’était injouable, mais de nouveau, Luc me persuade d’essayer, que si on carbure dans la dernière descente, il nous restera encore au moins 15’ pour le finish.
Je ne réfléchis pas plus longtemps je me cale dans ses roues pour ne plus en sortir jusqu’à la ligne d’arrivée.
Dernière descente au taquet sur les quadri en avant les coupes, et gaz jusqu’à la route.

Les signaleurs annonces dans le talki notre arrivée, et il reste 2km de route le long du lac d’Annecy sur la piste cyclable, mais aussi trop près de la route ou nous respirons à poumons ouverts les bon vieux gaz d’échappements ! Arrivée bof bof. Ils auraient pu nous faire passer par le parc, ça aurait été tt de même plus agréable !...

Loic est venue à ma rencontre pour la dernière ligne droite et m’encourage tout le long, il court à nos côtés jusqu’à l’arrivée.
Photo 050
Nous franchissons la ligne main dans la main avec Luc, au bout de 13H50 de course, avec 4945Mde D+ au compteur Polar, il est 17H20.

Je finis 3ème féminine, 56ème scratch sur 308 partants sur le 80 et 203 arrivants.

 

Photo 059



Ravie de ce Trail magnifique et de cette première expérience sur le long. :)

@Bientôt pour de nouvelles aventures.


Emy